Trip Adversaire

Trip adversaire

Coup de gueule contre l’industrie de la critique universelle où chacun devient un Trip Adversaire…

critique Trip Adversaire

Lettre ouverte à un Trip Adversaire :

Cher Philippe ou Philibert,

Car tel doit-être ton prénom, à en juger le pseudo PhilXxx que tu affiches sur le site de critique culinaire interplanétaire de la Trip Adversité.

Dans le doute, je partirai pour Philibert. Ca ne t’ennuie pas que je t’appelle Philibert ?

Je viens de lire ton commentaire assassin sur un établissement notable du village où je réside. Force est de constater que nous ne partageons pas du tout le même point de vue. D’ailleurs, je ne t’écris pas pour te convaincre de changer d’avis. Tu es tout à fait en droit, dans le pays de toutes les libertés, de ne pas aimer les mêmes choses que moi.

Au fait, ça ne t’ennuie pas que je te dise ‘tu’?

La lecture de ta prose a déclenché en moi le même sentiment d’injustice que les émissions pseudo économiques du dimanche soir. Celles qui grossissent volontiers le trait et javellisent la réalité pour booster l’audimat et satisfaire l’outrageuse soif de sensationnel de millions d’adeptes de la religion cathodique. Cette imposture, tu ne la découvres que le jour où elle met en lumière un domaine de tu connais, un lieu que tu chéris ou des personnes qui te sont proches. Et quand tu es face à la méchanceté gratuite, alors tu bondis de rage face à la supercherie.

Non Philibert, je ne te traite point de menteur. Tes opinions t’appartiennent. C’est ton lyrisme acerbe et ta manière  de diffuser ton mépris que me dérangent.

Liberté, égalité, fraternité. Tu connais ?

Dans ce pays, où la peine de mort a été abolie il a 35  ans, je trouve détestable que tu puisses impunément, du haut de ta tour d’argent cryptée, caché derrière ton écran, tremper ta plume dans un canard au sang amer, puis dézinguer des commerçants qui n’auront envers toi aucun droit de réponse.

Les personnes que tu as choisi d’enfoncer en te vautrant dans la pornographie du hashtag, je les connais. J’ai vu leur réaction sur Facebook. Grands princes, ils ont pris le parti d’en rire et se voient réchauffer le coeur par de nombreux messages affectueux sur leur profil.

Je ne nourris envers toi aucune hargne, juste une énorme déception. Malgré cela, je cherche à comprendre quel genre d’homme tu es (tu permettras que je ne mettes pas un grand h à homme?). Du haut des tes 10 critiques postées (ah quand même!), tu es visiblement un garçon superlatif qui ne fait pas dans la nuance. Soit tu adores et là c’est tout de suite 5 étoiles (que ce soit pour une gargote ou un établissement de charme). En revanche, si on te déçoit… Attention, pas pareil ! Là, tu portes l’estocade et fais cingler ton carton rouge en estampillant tous les mauvais élèves de : « Prétentieux »

Par contre PhiXxx, tu permets que je t’appelle par ton pseudo ? Côté profil tu es très avare de détails. Tu nous prives de ton doux visage, préférant afficher ce qui doit être une minuscule vue du maquis corse ? En effet, on peut lire à travers les lignes de ton oeuvre de Trip Adversaire, tout ton amour pour l’île de Beauté. A ce propos, une question : oses-tu pratiquer, là-bas, l’assassinat à bout portant des entreprises locales où tu te restaures ?

Comme je te l’ai dit, je suis moi aussi présente, à mon humble échelle sur la toile. Mais j’ai choisi la face vertueuse d’internet. Celle, un peu (trop) Bisounours parfois, où l’on « partage », « like » et « retweet » ce que l’on aime afin d’échanger nos instants de bonheur avec autrui.

Loin de moi l’idée de jouer la blanche colombe. Je ne vais pas te mentir Phil. Tu permets que je t’appelle Phil ?

J’ai moi aussi mes humeurs et même des restaurants dans lesquels je ne souhaite plus jamais remettre les pieds.

Je préfère ainsi voir l’hibiscus dans mon jardin plutôt que dans mon assiette. Je ne supporte pas les bords de plats couverts de paprika ou de cannelle sous prétexte que ça « fait joli ». Et, je déteste les chefs qui longent les murs en courant plutôt que de venir  saluer leurs clients.

A la différence de toi, par contre, je réserve mon avis pour mon entourage et attends que les gens me questionnent pour leur expliquer, alors par le menu, pourquoi j’ai un avis négatif sur tel ou tel établissement. J’ai, en réalité, trop de respect pour ce métier laborieux et sacerdotale, où des personnes se tiennent debout, pendant des heures, pour satisfaire nos exigences.

De toutes les façons, comme disait ma grand-mère: « On n’est pas un louis d’or, on ne peut pas plaire à tout le monde. »

Du coup, mon smart phone je le garde pour consulter les mêmes sites respectables sur lesquels, malheureusement, des bouffons comme toi viennent jouer les divas d’un soir et épandre leur fiel.

Sur Trip Advisor, par exemple, je regarde la moyenne des notes et les informations pratiques (horaires d’ouverture, tarifs). C’est très utile lorsque je me trouve dans un endroit nouveau sans savoir où aller. Mais, jamais je ne prête attention aux excès littéraires de gens comme toi.

Alors je pourrais, dans un excès d’humanisme, au nom du « Vivre ensemble », essayer de comprendre ce qui anime ta rage.

Est-ce une offre culinaire trop peu variée offerte par tes parents dans ton plus jeune âge ? D’excellents spécialistes sont, dans ce cas, à ton écoute pour t’aider à évacuer d’éventuelles frustrations enfouies.

Serait-ce plutôt, ce que je redoute, un manque aigu de notoriété et une faim du Buzzz. Pour cette pathologie, je te prescrirai alors l’inscription aux programmes de fin de journée de TF1. Des arènes formidables conçues pour que la plèbe puisse assister, à quelques heures du dîner, à la lapidation en direct d’un couple de retraités à la tête d’une chambre d’hôtes.

Tu pourras ainsi choisir, à ta guise, entre déblatérer sur la propreté douteuse d’un encadrement de porte d’une salle de bain thématique Bollywood dans le Gers, déclamer « J’aime pas très son style décoratif » en prenant possession d’une yourte mongole dans un écoparc du Marais Poitevin, ou encore (plus exotique) incendier une mariée en lui disant « T’es qu’une garce et puis ta robe, elle était aussi dégueulasse que les acras de morue de ton buffet… »

Si enfin, il s’avérait que tu nourrisses secrètement l’espoir d’être, un jour, critique culinaire, je te conseille alors la lecture des excellents feuillets de trois mousquetaires de la gastronomie française. Trois vrais critiques, aux styles différents que l’on peut aimer, ou pas, mais dont on ne peut que saluer le professionnalisme : Gilles Pudlowski, François Simon et Périco Légasse.

Voilà Philou… Tu permets que je t’appelle Philou ? Il ne me reste plus qu’à formuler un souhait avant de te laisser à ta vilenie. Celui que ta profession puisse jouir bientôt d’un Trip Adversaire à sa mesure. Car tu as un travail n’est-ce pas?

Ainsi, tu recevrais enfin le camouflet retour de ta couardise.

Imagine…

Trip Plombier : « Pittoyable ! Trop de colle PVC tue la colle PVC et prétentieux en plus avec ses canalisations en cuivre« 

Trip Agent immobilier : « Nul ! Plus de sobriété mettrait en avant le conseil« 

Trip Contrôleur des impôts : « Odieux ! Une addition trop salée pour un délit qui n’en valait pas la peine« 

Ce jour, cher P. (tu permets que je t’appelle seulement P ?), quand toi et tous tes lâches congénères du net, aurez été victimes d’attaques gratuites de la sorte, vous sortirez peut-être du côté obscur de la Force manichéenne.

Alors seulement, vous goûterez aux contrastes délicieux que la vie nous offre et laisserez choir le négatif aux oubliettes pour ne garder devant vous que l’espoir d’un monde meilleur exempt de délation.

Très sincèrement,

Delphinn

P.S. Je dédie ce blog aux victime du post assassin. Sans leur accord, j’ai choisi de ne pas afficher le nom de ce merveilleux endroit niché dans les Alpilles à St Rémy. Ils se reconnaitront. J’espère, d’ailleurs,  avoir l’occasion de dresser prochainement chez eux, le premier portrait « restaurateur » de mon blog.

 

Crédit photo @Delphinn

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Vous aimerez aussi...

12 comments

  1. Bravo Delphine pour ce magnifique récit si bien écrit . .. tu m as régale par tes justes paroles .. Je serai ta première fan et je partagerai toutes tes publications .. Une fromagère des Alpilles …

    1. Bonjour Delphine.Je te transmet toute mon admiration pour cette panoplie de réponses à cet imbécile et hélas dans le genre…trop nombreux…
      Merci encore ce fut un grand plaisir que te lire….
      Freddy

  2. Arrivée ici par hasard… Je comprends la colère, mais un sage m’a dit un jour qu’il fallait être économe de son mépris, tant était grand le nombre de nécessiteux: la lecture de cet article m’inspire un rictus de compassion et l’envie de vous tapoter le dos de la main « ca va aller ne vous inquiétez pas … tout doux » vos protégés s’en remettront sûrement, la vie est ainsi faite que les abrutis ont le droit d’exprimer leur carence en public: c’est un droit précieux qu’il faut chérir, vous savez bien, et les triples x-phil Sont si nombreux sur la toile (certains sont meme un peu en nous…) il faut s’astreindre à les ignorer, c’est ce que je pratique très souvent sur le site que vous citez, j’ai un radar à cons et je les zappe.
    Petite suggestion, faite nous découvrir ce lieu des alpilles que vous chérissez tant, ce sera belle justice
    Votre blog est extra: je vais revenir!
    Bertille

    1. Bonjour Bertille, merci pour votre sagesse. Je comprends votre message. La colère nait de l’accumulation. J’avais déjà pensé à publier un billet alors que d’autres amis restaurateurs avaient essuyé un Zéro pointé parce que la carafe d’eau offerte n’était pas à une température agréable… Alors, c’est ce pauvre Philou qui a pris. Mais c’est juste un plaidoyer. Je n’ai pas l’adresse de l’homme en question, dont j’ai gommé le nom complet. Juste une bouteille à la mer. Pour ce qui est de découvrir cet endroit. Je ferai je pense bientôt un article. Et comme j’ai écrit l’article sans leur accord préalable je ne savais pas s’il voulaient que je les cite. Ils ont publié sur leur réseaux sociaux. Il s’agit du Mas de l’Amarine à Saint-Rémy de Provence. Un lieu magique, en dehors de toutes les conventions et les calculs des étoilés. Etoiles qu’ils refusent d’ailleurs depuis des années pour garder leur liberté. A bientôt, Cordialement, Delphinn (j’adore la notion de radar à cons… ça se trouve en vente libre sur internet ? J’en veux bien un !)

    1. Bonjour Nina,
      Merci pour votre gentil message. Je viens d’aller sur votre lien… Incroyable ! A en juger votre site internet… il y a beaucoup de mauvaise foi dans tout ça.
      Je suis également commerçante et c’est extrêmement violent de recevoir ce genre de critiques. Surtout lorsqu’elles sont infondées.
      Vous avez un superbe établissement. A moins de 40 Km de chez moi. Je retiens votre adresse et ferai volontiers un stop prochainement dans votre beau Lubéron.
      A bientôt j’espère,
      Cordialement,
      Delphinn

  3. Bravo super commentaire. J’adore cette endroit c’est un vrai havre de paix avec une cuisine incroyable et Alice est toujours charmante.Ce cher monsieur n’a rien compris!

  4. Merci Delphinn
    Cela fait du bien de vous lire
    C’est tellement « dévastateur » ce genre d’avis!
    J’ai des chambres d’hôtes et c’est un métier qui pourrait être magnifique, nous faisons de belles rencontres heureusement,J’adore décorer mes chambres, préparer des confitures…j’adore faire plaisir! mais certaines personnes dépassent largement la notion de service et nous sommes jamais à l’abri d’un avis négatif: pour un refus de rester un après midi de plus au bord de la piscine, pour avoir oublié une serviette dans la salle de bain, ou parce que ma déco est trop ou pas assez . Moi aussi je suis en colère, bien sûr je m’en remettrai aussi ( ou pas!) car si un jour j’arrête ce métier, ce sera ce genre d’avis qui m’aura découragé
    J’ai aimé ce que vous avez si bien décrit

    1. Bonsoir Véronique, Ravie de vous lire et d’avoir pu vous faire plaisir. Belle maison en Ardèche ! Je garde l’adresse dans mes carnets 🙂 Comme je l’ai écrit à Nina qui partage votre avis dans les commentaires, je comprends votre découragement. Mais il faut se blinder et ne se concentrer que sur les gens et clients sympas et positifs. Bon courage et bel été ! Delphinn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *