Gnocchi semplicissimi

Voici ma recette de ‘gnocchi semplicissimi’…

Quand j’ai vécu à Rome, j’ai d’abord passé le plus clair de mon temps à regarder les italiens cuisiner. La « francesina » (petite française) n’allait pas se compromettre à risquer des recettes dont seuls les latins ont le secret. Au bout d’un an, j’ai été adoubée, et j’ai pu commencer à préparer moi-même la pasta ! Ce midi, j’ai mis mon « italianità » (italianité) à rude épreuve en me lançant dans une recette de ‘gnocchi’. J’aime beaucoup ces petits ‘boudins » de pomme de terre, mais je n’avais jamais tenté de les confectionner moi-même. A vrai dire, je pensais même que c’était très (trop) difficile. Je me trompais…

Ces temps-ci, je fais face à un double défi. Celui de ne pas manger trop gras. Mais surtout celui de manger plus souvent végétarien.

Je ne fais pas encore partie de la famille des ‘sans-protéine-animale’, mais disons que je m’intéresse à la mouvance. Je suis ‘flexitarienne’. Ce terme concerne les personnes qui mangent de plus en plus souvent végétarien ou végétalien, mais qui s’accordent toujours occasionnellement de la viande ou du poisson.

Ce midi, avec un frigo quasiment vide et pas du tout envie de manger de viande, j’ai fait le point. Un filet de pommes de terre et une ‘passata di pomodoro‘ que j’avais préparée hier (sauce tomate italienne dont je vous donnerai la recette demain). Dans ma tête ça a fait tilt… j’allais tenter de préparer des gnocchis de pomme de terre !

J’ai été étonnée par la simplicité. J’avais griffonné la recette et ses proportions sur mon carnet de voyage mais ne l’avais encore jamais réalisée. Je l’ai testée et approuvée pour vous.

Gnocchi di papate semplicissimi @Delphinn

 

RECETTE DE ‘GNOCCHI SEMPLICISSIMI‘ *

*(en italien « gnocchi super simples ») 

 

Ingrédients pour 4 personnes :

  • 1 kg de pommes de terre (plutôt farineuses, en tout cas tendres, il faut éviter les variétés trop dures)
  • 300 g de farine type 45 (pas de panique, pour ceux et celle qui ne savent pas que la farine a des « types », il y a de fortes chances que ce soit celle que vous ayez achetée, car c’est souvent la plus en vue sur les gondoles. Le type est écrit sur le côté du paquet. Contrairement à la farine de type 55 dite « tous usages », la farine T45 est plus utilisée pour la pâtisserie. Elle est blanche comme la farine ordinaire mais son taux de gluten est plus élevé ce qui apporte une meilleure élasticité qui nous sera utile pour cette recette et pour la pâte à gnocchis).
  • 1 œuf moyen (environ 58g > c’est le poids moyen d’un œuf moyen)
  • Sel 

 

Base de calcul pour la recette :

Ce midi, j’ai donc repris les mathématiques et cette bonne vieille règle de trois

J’avais 700 g de pommes de terre.

Combien me fallait-il de farine : si pour 1000 g de pomme de terre il faut 300 g de farine, pour 700 g de pomme de terre il faut X g de farine

X = 700 x 300 / 1000 = 210 g de farine

Pour les œufs même calcul : 

X = 700 x 58 / 1000 = 40,6g (j’ai donc battu mon œuf moyen et pesé environ 41 g)

Je vous vois un peu goguenards (ça faisait longtemps que je n’avais pas utilisé ce mot), à vous moquer parce que j’ose redonner la règle de trois… Riez, riez… lorsque je travaille en cuisine avec les chefs, il arrive invariablement un moment où la règle de trois refait surface et où la cuisine se transforme en plateau des chiffres et des lettres. Alors, si pour vous ce rappel est inutile, il sera sûrement précieux pour quelqu’un d’autre !

En effet, bien qu’il ne s’agisse pas ici de pâtisserie, cette recette de cuisine mérite une certaine précision pour éviter de modifier la texture de la pâte et donc la tenue de nos gnocchis.

Fabrication des gnocchis de pomme de terre @Delphinn

On s’y prend comment ?

  • Plongez les pommes de terres dans un grand volume d’eau bouillante salée et faites les bien cuire (la lame d’un couteau doit pouvoir s’insérer facilement dans la chair)
  • Une fois cuites et égouttées, pelez les pommes de terre et suivez, soit la technique italienne (que j’ai pu voir des dizaines de fois, soit la technique Delphinn, le tout étant d’arriver au même résultat final)

A l’italienne :

Pelez les pommes de terre et passez-les dans un presse purée pour la réduire en vermicelles, disposez la chair de pomme de terre sur le plan de travail et versez la farine par-dessus. Formez un petit puits et verser l’œuf dedans, ainsi que 2 bonnes pincées de sel. Pétrissez et formez une grosse boule de pâte

A la Delphinn :

pelez les pommes de terre et coupez-les en petits morceaux dans le bol d’un robot sur socle (robot pâtissier) muni du batteur plat (aussi appelé ‘feuille’). Versez la farine en plusieurs fois et donnez des tours entre chaque ajout. Quand la farine est incorporée ajoutez l’œuf et 2 grosses pincées de sel puis, donnez quelques tours juste pour bien mélanger tous les ingrédients. L’idée n’est pas de battre fort ni longtemps mais bien d’incorporer intimement tous les ingrédients… on y va donc mollo sur la vitesse du robot.

N’y pensez pas !

Cette 3ème option n’existe pas. Ne tentez pas un mélange dans un robot mixeur muni d’une lame cela n’est pas la même chose qu’un robot sur socle ! Eventuellement, pour celles qui n’ont pas de presse purée, si vos patates sont très cuites, émiettez-les dans un saladier, incorporez la farine petit à petit et pétrissez manuellement puis ajoutez l’œuf et le sel sur la fin, comme ci-dessus.

  • Quelle que soit la méthode choisie, vous voilà devant un bon gros pâton (si vous avez formé une boule, alors aplatissez la avec la paume des mains pour obtenir un pâton un peu plus rectangulaire et coupez-le en quatre.
  • Roulez chaque pâton en un boudin d’environ 2cm d’épaisseur.
  • Détaillez ensuite chaque boudin en petits gnocchis d’environ 3cm de long.
  • Peaufinez le look de vos gnocchis en les striant. J’ai eu recours à la bonne vieille méthode de la fourchette, et j’ai fait rouler chaque gnocchi sur l’intérieur de la fourchette, en appuyant légèrement, un peu comme s’il faisait du toboggan dessus ! L’idéal est d’avoir une planche à gnocchis, pour rouler les gnocchis dessus et les strier, comme celle-ci :

    Planche à gnocchis -Crédit photo Amazon
    Planche à gnocchis -Crédit photo Amazon
  • Faites bouillir un bon volume d’eau salée. Quand l’eau bout, plongez les gnocchis dans l’eau et regardez-les remonter à la surface. Quand ils flottent à la surface c’est cuit ! (donc très rapide).
  • Egouttez délicatement les gnocchis (mieux vaut les prélever avec une écumoire plutôt que de les précipiter dans une passoire).
  • Servez accompagné d’une bonne sauce tomate. Agrémentez selon vos goûts. Pour ma part, j’ai parsemé mon assiette de pignons de pin juste poêlés et d’un pesto minute (au pilon : quelques pignons de pin + basilic grossièrement ciselé + un peu de parmesan fraîchement râpé). J’ai parsemé le plat de grosses gouttes de ce pesto. Pesto minute @ Delphinn
  • Régalez-vous ! >>> étant donné que nous avons ajouté un œuf cru, mieux vaut cuire toutes les gnocchis tout de suite et les conserver pour un second repas plutôt que de les réserver crues.

 

Ce n’est plus vendredi, puisque il est minuit… Ce sera donc : « C’est Samedi c’est Gnocchi ! »

Crédit photo @Delphinn

Vous aimerez aussi...

3 comments

  1. Merci pour cette recette que je vais tester dès ce week-end pour ma maman qui me rend visite.
    PS:Je suis bien contente que tu aies noté la règle de trois

    1. Petite précision, j’ai trouvé hier de la farine à pizza T45 type 00 qui est celle de la recette d’origine… on la trouve donc en supermarché, mais à défaut la T45 va très bien !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *